Tourisme Responsable
Créez votre voyage

    L'écotourisme

    The International Ecotourism Society ( www.ecotourism.org), principale organisation mondiale liée à la promotion de l’écotourisme, le définit comme « une forme de voyage responsable dans les espaces naturels, qui contribue à la protection de l'environnement et au bien-être des populations locales ».

    Les objectifs de l’écotourisme ?

    • Permettre aux voyageurs de découvrir et d'apprécier une nature préservée, ainsi que les cultures traditionnelles qui s'y épanouissent.
    • Favoriser la protection des écosystèmes visités, en minimisant son empreinte écologique.
    • Sensibiliser voyageurs et accueillants à l'intérêt d'entretenir ce patrimoine.
    • Contribuer à fournir emplois et revenus stables aux populations locales.

    Par ailleurs, plutôt que de viser l'exploit sportif comme le tourisme d'aventure, l’écotourisme privilégie l’observation et l’étude des milieux naturels. Il se pratique généralement en individuel ou en petits groupes, accompagnés de guides, que ce soit dans les forêts du Costa Rica ou dans les marais de Camargue.

      Le tourisme solidaire ou équitable

      La définition du tourisme solidaire communément admise est : « Le tourisme solidaire regroupe les formes de tourisme « alternatif » qui mettent au centre du voyage l’Homme et la rencontre et qui s’inscrivent dans une logique de développement des territoires. » Cette définition peut également s'appliquer au tourisme dit « équitable », qui en est cousin.

      En fait, on parle plutôt de « tourisme solidaire » pour désigner les démarches qui mettent prioritairement en avant la rencontre et l'entraide entre visiteurs et visités, dans une logique proche de la solidarité internationale.

      Au programme : hébergement chez l’habitant, partage de la vie quotidienne, découverte de la culture locale et implication directe des voyageurs dans le développement de leur destination. Un pourcentage du prix du voyage est ainsi reversé à des projets utiles à toute la communauté visitée.

      Le « tourisme équitable », quant à lui, se réfère au concept de commerce équitable et met davantage l'accent sur la limitation des intermédiaires et sur l'autonomie des communautés locales dans l’organisation et la gestion des activités touristiques, de façon à leur permettre de dégager plus de bénéfices directs du tourisme afin d'améliorer leurs conditions de vie. Lorsque celles-ci sont entièrement à l'initiative et aux commandes, on parle également de tourisme communautaire, indigène ou autochtone.

      Un livre incontournable sur le tourisme communautaire : « Le Guide des destinations indigènes » de Sylvie Blangy (Indigène éditions, mars 2006).

      Vous souhaitez composer votre voyage sur mesure ?
      Créez votre voyage

      Le tourisme social

      Dans la plupart des pays développés, les congés payés sont un droit. Pourtant, nombreux sont ceux qui ne partent pas en vacances (précarité économique, handicap ou isolement). L'objectif du tourisme social est de rendre ce droit au repos et aux loisirs (inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l'Homme) accessible à tous.

      Le terme s'applique à des initiatives prises pour démocratiser l'accès au voyage, au sport et aux loisirs. Elles peuvent s'adresser en priorité à des publics ciblés (jeunes, familles, retraités, handicapés...) grâce à une tarification adaptée ou à des efforts d'accessibilité physique, mais sans discrimination raciale, culturelle, religieuse, politique, philosophique ou sociale.

      Ces actions visent souvent à favoriser la mixité sociale et à garantir de bonnes relations entre les visiteurs et les communautés d’accueil. Vous pouvez donc partir en vacances dans une structure de tourisme social même si vous ne rencontrez pas de difficulté pour exercer votre droit aux vacances.

      La référence en la matière est l'Organisation Internationale du Tourisme Social : www.bits-int.org

        512058739
        512058739

        Tourisme participatif et « volontourisme »

        Certaines offres se revendiquant du tourisme responsable proposent parfois aux voyageurs de participer à des missions de volontariat sur leur lieu de vacances. Mais attention aux arnaques !

        Suite à de nombreux abus, la mode du « volontourisme » est désormais très critiquée, par les acteurs historiques du tourisme responsable comme par les ONG. En effet, de plus en plus d'opérateurs peu scrupuleux facturent très cher le droit de participer bénévolement à ces chantiers, qui ne répondent pas toujours à des besoins réels faute de concertation avec les populations locales ou de formation adéquate des bénévoles.

        Devenir travailleur de l'humanitaire ne s'improvise pas et pour être efficaces, les projets de développement doivent s'inscrire dans la durée ! En accordant votre confiance à des organismes qui cherchent à exploiter vos bons sentiments à leur profit, vous risqueriez de revenir déçu et de décrédibiliser le volontariat auprès de ses bénéficiaires supposés.

        Ce serait dommage, car il existe des formes sérieuses de tourisme participatif : l'écovolontariat, qui consiste à soutenir des projets de recherche et de protection de l'environnement menés par des professionnels en donnant de son temps sur le terrain ou le wwoofing, des séjours dans des fermes bio qui vous offriront le gîte et le couvert en échange d'une aide aux travaux agricoles. Alors, renseignez-vous bien avant de partir !

        Le site de l'association Cybelle-Planète, spécialisée dans l'écovolontariat : www.cybelle-planete.org

        Le portail du réseau WWOOF France : www.wwoof.fr

        Vous souhaitez composer votre voyage sur mesure ?
        Créez votre voyage