Tourisme Responsable
Créez votre voyage
    Le Mont-Blanc, victime des pollutions humaines
    Le Mont-Blanc, victime des pollutions humaines

    Le choix du chalet

    Qu'on la préfère en hiver ou en été, haute ou moyenne, la montagne n'échappe pas au tourisme de masse. C'est aujourd'hui vrai jusqu'au sommet de l'Everest, et cela pose de nombreux problèmes propres à l'environnement montagnard : l'altitude, la pente et les conditions météorologiques amplifient les effets des pollutions chimiques et sonores et rendent les déchets plus difficiles à traiter.

    De plus, les bâtiments sortis de terre dans les années 1960 pour accompagner la démocratisation des sports d'hiver sont de vraies passoires thermiques, alors qu'ils sont utilisés surtout les mois les plus froids de l'année ! Si on y ajoute la course à l'équipement pour lutter contre les aléas climatiques (canons à neige) ou attirer une nouvelle clientèle (spa), on a tous les ingrédients d'un tourisme tout sauf durable.

    Heureusement, certaines stations font des efforts pour rénover leur patrimoine immobilier avec des critères « basse consommation », faciliter l'accès en transports en commun ou encore éviter la pollution lumineuse la nuit. Identifiez-les grâce à l'Éco-guide des stations de montagne de l'association Mountain Riders.

    Attention, chute de matériel

    Un bâton de ski, même bien planté, ne repousse pas. Hélas, du haut d'un télésiège, on a vite fait de semer un gant ou un bonnet. Et c'est ainsi qu'au printemps, une fois la neige fondue, les pistes délaissées par les amoureux de la glisse révèlent un triste spectacle : des tonnes et des tonnes de déchets. Pourtant, à en croire Mountain Riders, qui organise chaque année des ramassages bénévoles, tous ne sont pas là par accident. Sous un télésiège, on trouve en moyenne 30 000 mégots ! Alors qu'il suffirait de penser à partir « rider » avec son cendrier de poche pour éviter ça. Idem pour les emballages alimentaires, faciles à conserver dans son sac à dos en attendant de croiser une poubelle. Quant aux gants, bonnets et autres bâtons, on peut les choisir éco-responsables et apprendre à les entretenir intelligemment grâce à l'Éco-guide du matériel de montagne.

    Vous souhaitez composer votre voyage sur mesure ?
    Créez votre voyage

      Ne réveillez pas le chamois qui dort

      Les montagnes ne sont pas qu'un immense terrain de jeu, elles sont aussi de magnifiques réservoirs de biodiversité. Une grande partie des stations qui accueillent des touristes sont d'ailleurs situées dans des espaces protégés. Logique de conservation des espèces menacées et logique économique entrent alors parfois en contradiction, comme l'illustre le cas de la Vanoise, premier parc naturel français. Pour perturber le moins possible les écosystèmes montagnards par vos comportements de loisir, voici quelques règles simples à respecter :

      • Renseignez-vous sur votre destination : est-elle située dans une zone protégée ? Quelles sont les espèces vulnérables qui y vivent ? Quels comportements peuvent les déranger ? Quelles plantes ne pas cueillir ?
      • A ski, à pied, à cheval ou en VTT, ne cédez pas à la tentation du « hors-piste » : empruntez les parcours balisés.
      • Ne surestimez ni vos forces ni la fiabilité de vos outils technologiques (GPS) : une opération de sauvetage en hélicoptère consomme beaucoup de carburant, met la vie des sauveteurs en danger et effraie la faune sauvage.